Saute-frontiere  contact

Osons les langues...Rencontres

2018


SE RENCONTRER "Comme à la maison".

En partenariat avec la Librairie Zadig

C’est à Cinquétral, village de la commune de Saint-Claude, que se niche la Maison de la poésie transjurassienne dans l'intimité de la maison patrimoniale MILLET-CIREFICE. Un lieu de résidence d’écriture pour les auteurs invités mais aussi une bibliothèque de 3000 ouvrages avec possibilité de prêt pour les adhérents de l’association Saute-frontière.

  Tout au long l’année 2018, la Maison de la poésie vous convie à rencontrer des auteurs, traducteurs, éditeurs avec la parole et les mots pour élargir notre quotidien.
Ces lectures-rencontres sont suivies d’un repas partagé avec les auteurs invités.

Voir la plaquette.

Vendredi 2 mars, 19h
La Maison de la poésie reçoit
Ananda Devi, poète et
Bruno Doucey, éditeur et auteur

Bruno Doucey sera aussi présent à :
Librairie Vent de terre aux Rousses mardi 27 février à 19h
invité par Librairie La Boite de Pandore Lons-le-Saunier jeudi 1er mars à 19h

Comme a la maison


Rencontre-lecture suivie d’un repas partagé avec les auteurs invités.
Entrée libre. Merci d'annoncer votre venue par mail.


Face au rejet de l’autre, le rêve d’une société multiculturelle
De parents d’origine indienne, Ananda Devi est née en 1957 à l’île Maurice et a grandi au contact de plusieurs langues. Si pour son dernier recueil « Ceux du large » elle s’est donné la peine d’écrire ce texte en trois langues : français, anglais, créole mauricien, c’est dit-elle, pour ne pas rester « tête baissée bras ballants » devant « le film catastrophe » qui se déroule sous nos yeux.
Elle vit aujourd’hui à Ferney-Voltaire.

Au cours de cette soirée, Bruno Doucey nous présentera plusieurs autres ouvrages ouverts aux poésies du monde ainsi que son roman qui vient de sortir aux éditions Acte Sud Junior : « Lounès Matoub : NON aux fous de Dieu »

Vendredi 18 mai, 19h
La Maison de la poésie
reçoit Marina Skalova,
auteure de Suisse romande

Comme a la maison


Rencontre-lecture suivie d’un repas partagé avec les auteurs invités.
Entrée libre. Merci d'annoncer votre venue par mail.

Des mots en migration

Née à Moscou en 1988, Marina Skalova a passé son adolescence en Allemagne et en France avant de venir s’installer en Suisse, où elle a étudié à l’institut littéraire suisse. Pour son premier recueil » Atemnot » (Souffle court)publié chez Cheyne 2016, elle rédige et traduit d’un même mouvement les poèmes du livre en français et en allemand, ses deux langues d’écriture à défaut d’être ses langues maternelles. Ainsi à travers une langue qui lui est propre, elle aborde par un biais formel l’aspect plus biographique du déracinement qui compose son second ouvrage : « Amarres » publié l’Age d’Homme 2016. « Exploration du flux », son troisième ouvrage, sortira en avril 2018 dans la collection Fictions & Cie aux éditions du Seuil.

Voir aussi le communiqué de presse

Vendredi 15 juin, 19h
La Maison de la poésie
reçoit Odile Cornuz,
auteure de Suisse romande



Comme a la maison


Rencontre-lecture suivie d’un repas partagé avec les auteurs invités.
Entrée libre. Merci d'annoncer votre venue par mail.

« Adresse sans frontière »

« Le monde de la réalité a ses limites ;
le monde de l’imagination est sans frontière. »

Odile Cornuz, Adresse sans frontière

Depuis des centaines de milliers d’années des hommes ont ouvert des routes migratoires métissant l’espèce humaine à l’infini. Et finalement, en à peine un siècle nous avons frileusement cloisonné cet espace commun, cédant à la suspicion, attisant la crainte de l’autre.
L’association du Forum Transfrontalier Arc Jurassien nous invite à ouvrir les yeux sur un territoire transfrontalier où les identités sont affirmées dans ce qu’elles ont de plus noble et au sein duquel les différences sont source de créativité. Notre richesse est dans le partage, la reconnaissance de l’autre… Mais rien de cela n’est inné et notre projet est d’interroger les moyens de parvenir à maintenir les conditions d’un vivre ensemble.
Pour cette soirée de lecture et d’échanges à la Maison de la Poésie, nous vous invitons à découvrir deux textes originaux de l’auteure Odile Cornuz.
Le premier Adresse sans frontière est une commande du Forum Transfrontalier Arc Jurassien pour la publication de son 10e anniversaire, un livre LEPORELLO accueillant à son verso une carte transfrontalière originale de l’Arc jurassien.
Le second, intitulé Ma Ralentie, en référence à Henri Michaux, vient d’être publié aux Editions d’Autre Part à Genève. Dans ces deux textes, Odile Cornuz s’adresse à l’autre par un « tu » qui nous interpelle. Il sera question de frontière(s), de territoires connus et inconnus, de l’ancrage et de l’ailleurs, du dehors et du dedans, et surtout de poésie !
Cette soirée sera animée par Marcel Schiess, Vice-Président du Forum Transfrontalier Arc jurassien et sera suivie d’un repas partagé.
www.odilecornuz.ch

Vendredi 24 Aout 19h
La Maison de la poésie
reçoit Doris Jakubec,
critique littéraire
de Suisse romande

Comme a la maison


Rencontre-lecture suivie d’un repas partagé avec les auteurs invités.
Entrée libre. Merci d'annoncer votre venue par mail.

Transcender la mort par la poésie

Entretien dans les jardins de la Maison de la poésie avec Doris Jakubec à propos de Anne Perrier et Annie Bentoiu avec qui elle fut liée d’une amitié fidèle.

Cette femme unique, discrète mais à l’œuvre forte et précieuse récompensée en 2012 par le Grand Prix national de la poésie française, c’est Anne Perrier, née à Lausanne en 1922 qui s’est éteinte le 16 janvier 2017 à l’âge de 94 ans. En Suisse, le Grand Prix Leenaards, mais aussi le prix Rambert avaient salué son travail.

Cette autre femme née à Bucarest en 1927 de père roumain et de mère vaudoise c’est Annie Bentoiu. Poète, romancière, essayiste et nouvelliste, écrivait en roumain son œuvre en prose et en français son œuvre poétique. Fut aussi traductrice, notamment du poète roumain Eminescu, et a reçu plusieurs fois le Prix de la Traduction de l'Union des Écrivains de Roumanie. Annie Bentoiu est décédée le 21 Janvier 2016 à Bucarest.

Doris Jakubec, femme de talent qui illumina le Centre de recherche sur les lettres romandes de 1983 à 2001, œuvra beaucoup pour la diffusion de leurs textes.

Comme a la maison

-----------ARCHIVES 2017-------------


La Maison de la poésie vous invite à cheminer dans une nature puissante au cœur de nos sens et nos interrogations

avec la poésie épurée de
Françoise Matthey

en dialogue avec une grande dame qui contribua au rayonnement international de la littérature romande :
Doris Jakubec

Comme a la maison

Vendredi 25 aoùt à 19h
Rencontre-lecture suivie d'un repas partagé.
Entrée libre. Merci d'annoncer votre venue par mail.



Deux livres de Françoise Matthey

-     Le transparent (l’Aire 2013)
-     Avec la connivence des Embruns (Empreintes 2016)

et un même souffle créateur pour dire :
la quête … de l’essentiel du vivre et du mourir.
le chemin … vers la nudité de l’être.
l’élan … vers le bref, le peu, le moins.






Françoise MATTHEY ( Photographie Jacques Bélat)

S’obstine à séduire les creux, le vide, les failles, le silence pour que chante son amour de la vie
Ecrit et tend ainsi vers un mouvement renouvelé du non-encore dit, du non encore accompli vers l’accompli, la lumière.
Sa voix poétique perçue comme une grâce, s’offre à ceux qui veulent ou peuvent l’entendre, à ceux qui peuvent reprendre le poème à leur compte et le réaliser. Aspire en son écriture à rejoindre l’autre.





Comme a la maison


Née en 1949 à Strasbourg, Françoise Matthey, poète, éducatrice spécialisée et bibliothécaire, vit actuellement dans les Franches-Montagnes. Ses récits et poèmes ont été publiés dans diverses revues (Intervalles, D’autre part, Revue des Belles Lettres, Almanach de littérature bernoise, Jura pluriel, etc.). Elle est aussi l’auteure d’une dizaine d’ouvrages de nature essentiellement poétiques, parus entre 1990 et 2016. Son écriture a été saluée par plusieurs distinctions littéraires.

Françoise Matthey y présentera son travail d’écriture et échangera avec Doris Jakubec à propos de deux ouvrages publiés récemment :
    - Le transparent (Edition de l’Aire 2013) sur les traces de Nicolas de Flue, mystique du XVèmesiècle qui choisit de devenir ermite en quittant sa famille à 50 ans. D’une écriture qui va à l’essentiel, comme le parcours de son Transparent, l’auteur raconte une expérience indicible, entre errance, jeûne et méditations, où l’infime côtoie l’infini.
    - Avec la connivence des embruns Empreintes, 2016 Préface de Doris Jakubec Une île bretonne, rocheuse, sauvage, vivante, est au centre de ce nouveau recueil de Françoise Matthey. Une île, c’est un concentré de beauté terrestre dans l’immensité marine, sous l’amplitude du ciel ; toujours en train de parfaire sa beauté par le moins : les vents l’aiguisent, la mer avec ressac et marée la tient dans la rigueur de son mouvement perpétuel, le soleil met tout en lumière, failles et fissures comprises, les rochers millénaires se taillent sans cesse, selon une vaste dramaturgie cosmique. Son aura, elle, est légère, faite de sel, d’écume, d’embruns, de cris d’oiseaux. La poésie, à l’image de l’île, est décantation, ascèse, chemin vers la nudité de l’être, en quête de l’essentiel du vivre et du mourir. D’où, dans les poèmes de Françoise Matthey, ces élans vers le bref, le peu, le moins : elle dit les perceptions au plus juste, au plus sobre, elle efface le je pour mieux interroger le monde, elle capte les ruptures et les harmonies, elle se plie au souffle et au rythme des vents, de l’eau. Ce faisant, elle découvre la mesure humaine, le temps suspendu, « l’irruption de la joie singulière ».

La soirée se poursuivra autour d’un repas partagé au cours de laquelle Françoise Matthey dédicacera ses ouvrages.



Photo : http://www.plansfixes.ch/films/doris-jakubec/




Comme a la maison


C’est en grande partie à Doris Jakubec que les lettres romandes devront d’être sorties de leurs frontières régionales : d’une part, elles ont rejoint l’espace des littératures francophones, de l’autre, elles suscitent aujourd’hui des recherches universitaires de haut niveau et des traductions dans divers pays européens et extra-européens. Professeur invitée aux universités de Montréal, de Stanford et d’Albuquerque, mais aussi chargée de cours à l’Université de Tel-Aviv et de Pékin, Doris Jakubec a contribué de façon décisive à donner à la littérature de ce pays l’accueil critique rigoureux et le rayonnement international dont elle manquait .

BENOIT VINCENT, auteur en résidence
invite trois belles personnes qui nous sont familières :
JULIEN BLAINE,
VINCENT THOLOME
et MAJA JANTAR

Comme a la maison

Samedi 8 avril à partir de 17h30 à Cinquétral

17h30  Lectures des participants de l’atelier d’écriture en réponse à Spoon River d’Edgard Lee Masters traduit par le Général Instin sur une idée de Benoit Vincent (éditions Othello 2016)

18h30  Apéro-performance de Julien Blaine à propos de son dernier livre 5 faits d’actualité par un septuagénaire bien sonné (éditions Al Dante 2016)

Repas partagé au Chalet

20h30 Projection du film de Gaétan Sain-Rémy Cavalcade (durée 26mn) librement adapté du livre éponyme de Vincent Tholomé
suivi d’une performance de l’auteur avec Maja Jantar (chanteuse islandaise)

Penser à réserver …. pour l’intendance !

BENOIT VINCENT

Comme a la maison



Les chants de Spoon River sont ceux des habitants du village de Spoon River (Illinois), enterrés sur la colline au-dessus d’une rivière, qui forment une constellation de fantômes ferraillant de leurs passé, de leurs commerces, de leurs ambitions et de leurs amours…
« Un tableau saisissant de l’humaine condition. » Olivier Maulin, Valeurs actuelles

En savoir plus 

JULIEN BLAINE

Comme a la maison



Lecture de 5 faits d’actualité par un septuagénaire bien sonné - Editions AL dante 2016

Julien Blaine observe l’actualité. Observe et ré-agit. Il agit en utilisant, pour traiter cette actualité, les outils qu’il a façonnés tout au long de son enquête scientifico-poétique pour retrouver la trace d’une langue originelle, une langue élémentaire qui remonterait aux racines du verbe, hors de toute révélation divine – enquête qui forme la charpente d’un chantier poétique commencé… il y a plus de cinquante ans. En cinq séquences, cinq «faits» (les crimes commis au nom de la religion, la mission spatiale Rosetta, Hillary Clinton prétendante à la gouvernance des USA, la lutte des ouvriers de Fralib et l’inacceptable situation des habitants de la Jungle de Calais), Julien Blaine dénonce 6000 ans de barbarie monothéiste, s’insurge contre le nihilisme cruel et inhumain des civilisations qui en découlent… et trouvent là de nouveaux indices pour nourrir son interminable quête d’une parole (multiple) d’avant les barbares. Ici, le présent, dans toute sa fugacité, ne fait qu’un avec l’intemporalité du geste poétique.
En savoir plus 

Vincent THOLOMÉ
Maja JANTAR

Comme a la maison



Un film de Gaetan St-Remy librement adapté du Livre Cavalcade Poème Anthropophage de Vincent Tholomé . Un conte post-apocalyptique basé sur la poésie de Vincent Tholomé et Maja Jantar où mots et sons forment une narration éclatée dans laquelle les images, les chants, les respirations et les souffles se répondent pour construire un récit épidermique. Durée: 26 minutes

La Maison de la poésie vous convie à une exploration du territoire : celui du dehors, celui du corps, celui de la langue avec Benoît Vincent, en résidence de janvier à octobre 2017.
Pour cette première rencontre 2017, BENOIT VINCENT invite ANTOINETTE RYCHNER à une relecture du dernier livre de l'auteure neuchâteloise Devenir pré en réponse à Climax, œuvre collective du Général Instin.

Comme a la maison

Jeudi 19 janvier à 19h
Comment habiter le lieu où je dis ? Comment envahir ?
Quand un dit je, il annexe un territoire.
Qu'est-ce qui épouvante dans le langage ?
C'est quand un territoire devient je.
Je ne veut pas de je.

S'obstiner, s'épuiser sur ce pré ; pourquoi?
C'est ce que je veux, ce que je dois faire.
- « Je » ?
Un imprévu, pardon! Je vais le ranger.

Jeudi 19 janvier à 19h
Entrée libre suivie d'une soupe neuchâteloise !

En savoir plus sur ce nouveau livre d'Antoinette Rychner ?"Devenir pré",
Editions d'autre part 2016

Comme a la maison

Ecoutez la très belle émission qui lui est consacrée sur RTS Versus-Livres.
C'est un livre comme un œil grand ouvert sur un pré. Oui, un pré, ce rectangle vert qui borde la route et que l'on ne regarde qu'à peine... Un an durant, l'auteure neuchâteloise, Antoinette Rychner, s'est installée, tous les jours, devant cet horizon herbeux pour écrire ce qu'elle y voyait: les sons, les fleurs, le ciel, les vaches et les nuages qui rythment cette "prairie hors profondeur, devenue gaze de fée". Pour concocter "Devenir pré", l'écrivain trentenaire s'est choisi pour bureau une roulotte. Et elle a drôlement bien fait. Parce qu'elle emporte son lecteur dans une sorte de méditation hors du temps et loin de tout.
Antoinette Rychner avait déjà séduit public et critiques avec son premier roman "Le Prix", publié chez Buchet-Chastel, Prix suisse de littérature 2016. Par Linn Lévy

Climax est-il le nom d’un soldat ?
d’une armée ?
d’un anonyme ?
d’un auteur ?

Comme a la maison


Un soldat part à l’aventure, bâtir un mur en terre étrangère, qui marquerait la puissance et la limite de son Empire. Il croit apporter la culture et la civilisation, mais à la rencontre des hommes bleus, son horizon change.
« J’ai fait de l’espace, l’espacé. Du neutre, l’orienté. Du vide, l’occupé. Du sauvage, le civilisé. / J’ai habité. »
De ce voyage témoigne une série de notes, recueillies par l’aide de camp du général Instin, qui interroge le soldat revenu fou, erratique, pour comprendre.

C’est le résultat de cette enquête que vous tenez, lecteur, entre vos mains. Climax explore les thématiques du corps, du territoire, du nombre. Toute idée de frontière et d’individu sont devenues impossibles : l’individu se dilue dans le nombre, le projet dans la terre étrangère, le mur dans le temps… et l’Empire dans l’altérité.

Voir le site consacré à l’écriture et à l’édition de Climax : www.generalinstin.net

Climax
Récit français du Général Instin
Collection Othello